Les tribulations de Lana

23 mai 2019

Mon père

     Mon père... c'est beaucoup plus difficile d'en parler. Il est décédé en 2004, je n'ai donc plus de possibilité d'en savoir plus. Il est né dans un village près de St Malo, dans une famille nombreuse. Il était le quatrième de la fratrie. Ma famille paternelle est une famille d'agriculteur mais à l'époque pas les petits agriculteurs qui tirent la langue. Mon nom de famille est relativement connu dans le coin. La famille de ma grand-mère possèdait une bonne partie des terres agricoles du village où on habitait. Elle s'est mariée à mon grand-père qui est lui même issu d'une famille qui a beaucoup de terre dans la région. D'ailleurs, ce qui est très amusant, c'est que sans le savoir l'endroit où on loue appartenait à la famille de mon grand-père. Ma famille n'était pas riche mais je pense qu'ils étaient à l'aise ce qui ne sera pas le cas de mes parents. 

     Je pense que mon père n'a pas grandi avec beaucoup d'affection et de chaleur. Ma grand-mère était dépressive et a fait plusieurs séjour à l'hôpital ou en maison de repos. La mentalité de ma famille paternelle est particulière, on va dire qu'ils ont l'esprit très terrien et qu'on se marie pour aggrandir les terres. 

       Comme vous pouvez le constater, je ne sais pas grand-chose. Au fil des épisodes, je vous expliquerai pourquoi. 

         En voulant raconter, je me rend compte que je ne sais pas grand chose des mes "ascendants". Qu'à tous les niveaux, chacun a eu ses blessures et a décidé de les taire par la suite. Ma grand-mère, ma mère, mon père... et que du coup, je me suis construite sur ce schéma. Quand on est blessé, on serre les dents et on avance coute que coute. Aujourd'hui, je me rend compte que ça a impacté toute ma vie, que j'en ai des séquelles et que je veux avancer.  

Posté par lanabc à 22:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


13 mai 2019

Maman

      Je suis vraiment dans une période d'introspection... C'est une phase, c'est comme ça et je prend le vent comme il vient. J'ai décidé de me laisser porter par la vague qui me pousse à regarder en arrière pour sans doute mieux aller de l'avant. C'est le rythme de la vie, je crois. J'ai besoin de raconter mon passé pour m'en détacher et en même temps, j'ai besoin de laisser une trace à mes enfants. J'aurais pu écrire un texte privé mais ici c'est mon espace, et quelque part, j'ai aussi un besoin de rendre les "choses" publiques pour me libérer de ce que je tais depuis des années. 

 

      Le début de mon histoire, c'est MAMAN. Je ne dirai jamais ma mère, toujours maman tant elle est importante. Maman est née au début des années 50 à Paris. Je connais pas la personne qui l'a mise au monde parce qu'elle a été élevée par sa tante. Celle que j'appelais "Mémé" et en réalité ma grande tante. Son géniteur personne ne sait qui c'est. L'histoire est compliquée dès le départ. "Mémé"  a élevé ses quatre enfants et ma mère toute seule. Pendant la guerre son mari était en Allemagne, au STO ? Prisonnier ? Je ne sais pas. Il est décédé au début des années 50, d'une pneumonie il me semble. Maintenant que j'écris ces lignes, je me demande si j'ai déjà vu une photo de mon "grand père", je ne suis même pas capable de dire comment il s'appelait. Mémé ne voulait jamais parler de cette époque et on le respectait. Quelque fois, j'aimerais qu'elle ai raconté son histoire comme Emilia. En plus, j'écoute les gens mais je pose rarement de question, j'estime que c'est à chacun de savoir ce qu'il est prêt à dire. J'aurais bien aimé connaître l'histoire de Mémé. Les géniteurs de ma mère ne m'intéressent pas. Ils ne sont qu'une idée fugace quand je dois parler de mes antécédents médicaux que je ne connais pas. 

      Par contre, Mémé, c'est ma grand-mère. Je porte son prénom, ce qui est un héritage. Mémé, c'est aussi d'énormes souvenirs gustatifs. Elle nous faisait un gâteau chaque week-end. Je pense souvent à elle avec tendresse, ce n'est jamais triste. 

      Maman a donc grandi dans une famille pleine d'amour mais sans argent. Son enfance n'a pas été facile puisque les autres connaissaient sa situation. Encore aujourd'hui, elle ne se plaint jamais. Elle a une immense force de caractère que j'admire. D'après ce qu'elle raconte, c'était une petite fille assez "garçon manqué". 

      A 16 ans, elle a rencontré quelqu'un. C'était sa première fois, elle est tombée enceinte. C'était avant la pilule, avant l'IVG. Elle est devenue fille-mère, un vilain mot à l'époque... Toute seule pour élever son petit garçon.

 

A suivre....

 

Posté par lanabc à 22:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

01 mai 2019

Je suis malouine

     

 

      Comme vous le savez tous, j'ai traversé une mauvaise passe. A force de travail avec mon médecin traitant et ma psy, j'arrive à savoir pourquoi et à avancer. Plusieurs facteurs ont déclenché mon petit burn out...

      En août, je me suis mariée, ce qui n'est pas un scoop non plus. Certains diront que ça ne change rien mais pour moi c'est important. Pour la première fois de ma vie, je me sens en sécurité. Mon mari est une personne calme, apaisante et rassurante. Il m'apporte de la sérénité et calme mes angoisses. 

       Le lendemain du mariage, nous sommes partis à St Malo. Endroit où j'ai passé une partie de mon enfance. J'en suis partie à 13 ans et n'y était que très peu revenue. Une fois au décès de mon père et une autre fois pour vider et vendre la maison. Pendant 32 ans, mon cerveau, n'a pas voulu se souvenir de cette partie de mon enfance qui s'est soldé par un divorce. Je sais bien que j'ai vécu près de St Malo mais j'ai oublié beaucoup de choses. En venant, en août dernier et en allant voir mon cousin, et parce que je me sens enfin en sécurité, beaucoup de choses désagréables sont revenues et j'ai très mal dormi cette semaine là. En même temps, j'ai retrouvé une part de moi-même. Quelque chose qui me manquait sans que j'en ai conscience... 

       J'ai donc abordé la rentrée, un peu fragilisée. Surtout que j'ai beucoup pensé à une phrase que mon cousin a dit à propos de mon père. Dans le même temps, j'ai fait mon premier double niveau, ce qui m'a demandé beaucoup de travail et j'étais fatiguée car je suis souvent restée à l'école jusque 20 heures.

     Début octobre, j'ai dû changer de traitement pour la thyroïde. Vous avez tous entendu parler du scandale du Levothyrox. Mon taux de tsh a été multiplié par 300 en 6 semaines ce qui met KO. 

      Et juste le vendredi des vacances, mon crétin de directeur qui insinue que je n'ai pas fait mon boulot et qui me menace de faire venir l'inspectrice. 

        Vous secouez bien tout ça et vous obtenez un burn out, un vase qui déborde. 

      Avec la psy, j'ai réussi à comprendre pourquoi j'ai si mal pris la réflexion injustifiée du directeur. Il représente une figure paternelle par son rôle de directeur et je cherche son approbation parce que je cherche celle de mon père. (d'ailleurs écrire mon père et un énorme progrès que je réalise dans cette note). Depuis, que j'ai compris ça, je le fuis comme la peste et me fiche bien de ce qu'il pense. Il est toujours pénible mais ça me touche beaucoup moins. 

      Ma thyroïde se stabilise et je vais mieux, les douleurs que j'avais s'estompent et le mal de tête que j'ai eu pendant 6 mois est parti. Ce qui soulage grandement.

         Cette semaine, nous sommes de retour à St Malo et c'est comme si, je fermais une boucle. Je discutais avec un malouin et je me suis surprise à dire que j'étais de la région. C'est nouveau, parce qu'avant j'aurais dit que j'étais parisienne. Je suis parisienne dans l'âme, j'aime profondément cette ville au point de pleurer en voyant Notre Dame en fumée, mais je suis aussi Malouine. St Malo, sa plage, son climat, ses galettes saucisses, ses craquelins et tous ses délices au beurre, au caramal beurre salé font partis intégrantes de moi. 

           Alors oui, je suis parisienne mais mes racines profondes sont malouines et c'est comme si j'avais retrouvé une partie de moi, comme si j'étais enfin entière. 

 

PS: un jour, quand j'aurais la force, je raconterai mon enfance parce que je sais que ça me fera du bien.

st malo 1

st malo 2

st malo 3

 

Posté par lanabc à 14:11 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

23 mars 2019

Nouvelles sans queue ni tête

       3 mois sans écrire.... j'avais besoin d'une pause... 3 mois pendant lesquels j'ai lu les blogs sans commenter...

       Je continue à remonter la pente suite au petit burn out que j'ai fait à la Toussaint. petit burn out parce j'ai été capable de retourner au travail assez vite mais burn out dévastateur pour le moral... Une sorte de tornade, de cyclone qui m'a obligé à revoir beaucoup de choses.

       L'ambiance à l'école est très mauvaise, je vous raconterai ça plus tard... mais j'arrive à prendre du recul. Je suis stressée c'est indéniable  mais je continue à me reconstruire...

         Ma fille a fêté ses 7 ans et arrive à aller à l'école sans pleurer après un petit suivi de 3 mois. 

         Mon grand continue ses études et continue son petit chemin ric-rac....

         Je suis allée chez mes parents à Orléans pendant les vacances... 

         Je continue à travailler avec la psy... 

         Le printemps arrive et j'ai l'impression de revivre tout doucement... Comme si j'avais eu besoin d'hiberner, de rester dans une bulle douillette pour panser mes plaies...

         J'espère recommencer à écrire ici mais je ne me mets pas la pression, d'ailleurs en ce moment j'essaie de ne plus me mettre de pression inutile. 

          Quelques nouvelles sans queue ni tête mais c'est un début...

          

Posté par lanabc à 16:59 - Commentaires [16] - Permalien [#]

24 décembre 2018

Scarlett inside

     Ces 8 dernières semaines ont été assez compliquées. Ca faisait très longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Un cumul de plusieurs choses. Tout d'abord, je suis arrivée au 21 octobre assez fatiguée car c'est mon premier double niveau et il faut bien le reconnaître, la journée est plus fatigante. Tout d'abord parce que ça demande plus de concentration mais aussi parce que la charge mentale est plus lourde. Sans compter le double de préparation. Bref, je suis restée à l'école jusque 20 heures deux fois par semaine. En même temps, j'ai dû changer mon traitement pour la thyroide ce qui a acru ma fatigue. Et puis, ces derniers temps, j'ai été affectée par mon enfance (j'en parlerai quand je serai prête). 

      Alors c'est vrai que quand l'autre Tugudu a insinué que je n'avais pas bossé depuis 2 mois, je me suis effondrée. J'ai passé mes deux semaines de vacances de la Toussaint au fond du trou ou plutôt au fond de ma couette (mon mari était en vacances). Le premier lundi, je suis allée au comissariat et ensuite, j'ai été incapable de sortir. Je devais aller en Auvergne et je n'y suis pas allée. Remarquez dans un sens j'ai bien fait car j'avais des vertiges. Mon médecin qui a été formidable, a d'abord cru que c'était dû à un burn out mais c'était plutôt un vertige position bénin et il vaut mieux éviter de conduire dans ce cas.

     Après les vacances, j'ai réussi à y retourner deux jours, pour ma fille qui est dans la même école que moi et pour qui c'est un peu compliqué aussi et pour mes élèves parce qu'après tout c'est pour eux que je fais ce travail. Par contre, les vertiges on été les plus forts. Ensuite, j'ai réussi à y aller malgré une sinusite, une tsh catastrophique... Je crois que j'ai eu mal au crâne 7 semaines sur 8. J'ai donc assuré le minimum vital, je ne vous dit pas l'état de l'appart. 

     Heureusement, je suis bien entourée, mon mari a été formidable, ma famille très présente au moins téléphoniquement. Mon médecin a grave assuré, je l'ai vu une fois par semaine et ma psy aussi. Et puis, cette fois, je n'ai pas fait la brave, j'ai accepté que je vivais une période où je n'allais pas bien et je crois que ça aide beaucoup de le reconnaître car j'ai pris quelques médocs  au plus dur de la crise mais ensuite je m'en suis passée. D'autant que je savais aussi que le taux de tsh n'aidait pas. J'ai d'ailleurs changé de dosage. J'ai changé de syndicat et j'ai bénéficié de l'aide d'une super personne adorable qui plus est, qui m'a bien expliqué les démarches à faire. j'ai commencé et je vais finir pendant les vaacances.  Reconnaître que l'on ne va pas bien, c'est se laisser le droit de ne pas assurer à tout prix, c'est se donner le droit de se "retaper" doucement et à son rythme. Quelque part la maturité aide aussi car avec le temps on sait bien que la vie est faite, de haut, de bas, de périodes heureuses et de périodes plus difficiles mais qu'au fond ça ne dure pas. 

         Quand je ne vais pas bien, quand je n'ai pas le moral je lis "Autant en emporte le vent" (d'où le titre). Je l'ai donc relu pour la 12 ème fois (oui oui, la 12 ème). Je ne sais pas exactement pourquoi ce livre me remonte le moral mais ça fonctionne à chaque fois. Sans doute parce que je peux m'identifier facilement à Scarlett, peut-être parce que j'admire cette héroïne. Comme elle, j'ai vécu de terribles épreuves, le deuil, tout perdre matériellement, faire face aux événements. J'ai eu des moments d'abattement mais comme elle, je n'ai jamais abandonné. Comme elle, je n'ai jamais voulu regarder en arrière de peur de m'éffondrer. Je commence à comprendre que c'est une protection, une question de survie. Mais justement, j'arrive peut-être à une période où je suis capable de le faire et où le besoin s'en fait ressentir. A chaque fois, ce roman me fait réfléchir . 

      Par contre, à la différence de Scarlett, je garde ma gentillesse mais je comprends son besoin de s'en sortir coute que coute. Encore une fois mon livre fétiche m'a permis de remonter la pente. Ce qui est fou, c'est qu'à la douzième lecture, j'arrive encore à voir de choses nouvelles. C'est peut-être aussi parce que je vieilli au fur et à mesure et qu'à chaque fois, je l'aborde avec plus d'expérience et que ma vision de la vie évolue. 

       En ce moment, je suis plongée dans la suite "Scarlett" qui est bien fait pour une suite. Le grand avantage de le lire c'est de toujours pouvoir imaginer Vivien Leigh dans les traits de Scarlett. 

       Je n'ai pas vu les vacances de Noël arriver, j'ai eu beaucoup de mal à me mettre dans l'esprit de Noël et je ne suis pas sûre d'y être tout à fait alors que c'est ce soir. Je n'ai fait mon sapin qu'avant hier ce qui est très très rare chez moi. Je suis plutôt du genre à le faire le premier week-end de décembre. Mais je sais une chose, c'est que je suis en train de remonter la pente, doucement mais sûrement. 

        Je voudrais souhaiter à tous mes lecteurs un Joyeux Noël et en particulier à celles qui vivent des moments difficiles en ce moment. Et je voudrais également, vous remercier du fond du coeur pour vos messages et vos commentaires car ça m'a grandement aidé. 

Posté par lanabc à 15:41 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


09 décembre 2018

Mes 52 ème états d'esprit

Les états d'esprit sont une idée de Zenopia  et du Postman. Je m'inspire de leur questionnaire mais comme je ne respecte plus les règles depuis un moment, j'enlève les principes et je les fais à ma sauce. Ce qui est en rouge est ce que j'ai écrit la ou les dernières fois pour voir si j'ai avancé ou pas car je suis la reine de la procrastination sur certaines choses...  

Constat, je ne vais pas bien... Je ne suis pas au fond du trou non plus, mais je vis une période difficile pour plusieurs raisons et j'ai besoin de prendre du recul pour garder le peu de force qui me reste. J'assure l'essentiel mais ça me vide de toute mon énergie.

Fatigue :  Je me repose le plus possible...

Humeur :  No comment

Condition physique : Comme je le craignais ma thyroide fait des siennes ce qui doit fortement contribuer à ma baisse de forme et de moral.

Rééquilibrage alimentaire :  Pour le moment on oublie...

Esprit : Moi qui adore l'esprit de Noël, je n'arrive pas à me mettre dedans. Il reste deux semaines et pour la première fois depuis longtemps je n'ai encore fait aucun achat.... 

Boulot : Cette fois je passe

Culture : Je me suis replongé dans ma lecture "remonte moral" pour la 12 ème fois. Autant en emporte le vent me plaît toujours autant.

Côté série : Je n'ai pas trop regardé Netflix mais nous sommes allés au cinéma en amoureux pour la première fois depuis longtemps. Nous avons vu "Bohemian Rapsody" après avoir beaucoup hésite et finalement, nous n'avons pas regretté tellement on s'est laissé emporté par l'histoire. On oublie vite que c'est un acteur et j'ai parfois eu la chair de poule.

Penser à :  faire mes achats de Noël

Avis perso : Je trouve que le mouvement des gilets jaunes, c'est une bonne idée au départ et je ne peux qu'être d'accord avec leur revendications car il est clair que notre pouvoir d'achat diminue d'année en année. Mais je ne cautionne pas du tout la violence. Il est regrettable d'ailleurs que le gouvernement n'ai réagit qu'après un fort saccage, je ne sais même pas si il prend la mesure du désespoir de la classe "moyenne". Et puis certaines choses qu'on peut lire sur les réseaux sociaux font froid dans le dos. Depuis quand la violence est-elle normale ? Depuis quand la police mérite-t-elle de se faire taper ? Et les pompiers ? Bref je ne sais pas comment tout ça va tourner.

Loulous : Mon étudiant a enfin eu son permis. Il aura mis 25 mois et nous aurons dépensé 3 000 € mais il l'a enfin... J'en ferai une note.

Après un super début d'année, ça s'est fortement compliqué pour Chipoune. Elle va à l'école en pleurant et ça m'attriste. 

Message perso : Merci à toutes et tous pour vos commentaires de soutien sur mon blog et sur instagram. Vous n'imaginez pas à quel point, ils m'ont fait du bien... Vraiment merci du fond du coeur.

Amitié : Copines reélles :  heureusement que vous êtes là

 Copines virtuelles : j'envoie de gros câlins à celles qui ont des soucis de santé et qui se reconnaitront.

Love :  Même pour lui, c'est pas la joie au boulot mais heureusement qu'il est là, il me soutien énormément.

Sortie :  euh... personne ne sort les samedis en ce moment...

Divers :  plu s que 2 semaines avant les vacances

Courses : nous les faisons en semaine

Envie de : profiter des vacances et me ressourcer

Pic :  même sur instagram, je n'ai quasiment rien publié

Posté par lanabc à 15:49 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

29 octobre 2018

La goutte d'eau qui....

      Caro de Croisez les fils a posté dans sa dernière note une vidéo qui m'a fait rire..... jaune, très jaune. Elle commencerait cette note par "Imaginons..."

       Imaginons nous il y a 5 ans. Un nouveau directeur débarque dans votre équipe. Il n'a même pas pris son poste qu'il souhaite que vous lui cédiez non seulement votre niveau mais aussi votre salle de classe. Celle que vous avez rangé déjà pendant 4 semaines sur vos vacances car le collègue qui vous a laissé la salle classe avec tableau velleda, l'a laissé dans un état de crasse sans nom avec des placards qui n'ont pas été ouverts depuis 30 ans et des cartons du haut des placards au plafond. C'est simple, les élèves qui sont revenus dans la même salle 2 ans après ne l'ont pas reconnue. Ca commence bien... Vous avez laissé le niveau mais pas la salle qui était convoité pour son tableau velleda et sa localisation, la plus près du bureau et de la salle des maîtres. 

         Imaginez ce monsieur qui voudrait une école "vitrine" avec des idées qui sont loin d'être réalistes mais qui pense que les enseignantes sont de vieilles chouettes qui ne veulent pas faire d'efforts pour changer quoi que ce soit et sont hostiles à tout changement. De satanés fonctionnaires qui ne veulent pas bouger. Un monsieur collérique de surcroît.... Cela pose l'ambiance des réunions, vous assisterez à des réunions où le monsieur trépignera et jettera même parfois ce qu'il a dans les mains à coup de "Je suis le directeur et je vous l'ordonne". Une scène épique où il hurlera "Si vous ne voulez pas obéir, participez au mouvement et changez d'école". Ce que 3 collègues feront d'ailleurs.  Vous vous n'êtes pas du genre à vous laisser faire et vous n'avez pas envie de changer d'école. Pour votre grand malheur, vous n'êtes pas du genre à la boucler gentiment.  Vous avez donc déjà été taxée "d'ado attardée, de vous êtes idiote où vous le faites exprès et de vous avez le niveau petite section et je précise bien que je parle des élèves pas de la maîtresse." Un jour il fera même une grosse crise de colère, où il jettera des pochettes à travers la pièce en disant "Allez vous faire f...tre !!!". L'équipe décide alors de lui écrire une lettre pour lui dire que ce n'est plus possible, une lettre signée de toute l'équipe...

         Imaginez que lors d'une réunion du premier avril, la bonne blague, une énième réunion dégénère, que vous prenez votre courage à deux mains et que vous disiez ses quatre vérités à ce monsieur, que vous lui disiez tout ce que pense les autres collègues mais que curieusement, aucun collègue n'ouvre la bouche et que vous vous retrouviez seule, terriblement seule. Qu'il y a même des collègues qui pleurent parce que vous êtes trop méchante avec lui. Par la suite, elles défileront quasiment toutes dans son bureau pour dire que non non, ce que vous avez dit elle ne le pensait pas. Une dira même que vous l'avez obligé à signer la lettre. Vous ne défendrez plus jamais les autres collègues, chacun sa me...e comme on dit.

           Imaginez que vous compreniez que vous êtes seule terriblement seule et que vous êtes dans la crotte. Imaginons que vous fassiez étude tous les soirs parce que votre mari est au chômage et que vous avez besoin de sous. Imaginez que vous êtes de service avec une collègue qui n'est jamais à l'heure... A chaque fois, il débarquera, vous engueulera parce que vous êtes toute seule. C'est ignoble parce que vous êtes celle qui est à l'heure. Vous écrirez une lettre à la responsable des études à la mairie qui restera sans réponse. 

           Imaginez que vous êtes de service tous les jours à 13 h 20 et que vous êtes la seule qui respecte la règle de ne pas monter en classe tant que toutes les collègues n'ont pas pris leurs élèves. Une collègue arrive tous les jours avec de 5 à 10 minutes de retard. Vous vous ferez engueuler pour vos élèves pas assez bien rangés etc... Quand vous osez dire que la collègue est en retard, on vous répond de vous débrouiller avec elle... D'ailleurs à chaque fois que vous serez seule pour les services et que vous le direz à l'occasion, on vous répondra que vous n'êtes pas à plaindre.

           Imaginez que les rythmes changent et que vous avez toujours besoin de l'argent des études... Vous devenez donc la seule personne de l'école à continuer à faire étude jusque 18 heures. Imaginez que tous les soirs,  il débarque 10 minutes avant la fin vous faisant tous les jours des reproches. Au point où vous redoutez d'entendre les pas dans les couloirs. Certains parents de vos élèves finiront pas vous en parler tellement vos élèves qui vous aiment bien sont choqués et trouvent ça injuste.

             Imaginez qu'un jour vous n'avez vraiment personne pour garder votre fille pendant une réunion, que vous l'emmeniez à cette réunion. Elle est tellement sage, que certaines collègues ne verront même pas qu'elle était là. A la fin de la réunion, il vous dira "Je ne veux plus revoir votre chieuse de fille" alors qu'il n'a jamais rien dit pour une collègue qui amène son fils....

              Vous essayez bien de parler avec lui mais à chaque fois, il n'a jamais dit ça et vous n'êtes qu'une menteuse.... Des collègues partent et une année l'équipe se renouvelle pour moitié. Vous décidez sur les conseils de la psy que vous commencez à consulter de prendre sur vous et d'aller faire la paix parce que vous vous voulez rester dans votre école et que vous êtes au bord du burn out et qu'il en va de votre santé. Vous apprendrez à lâcher du lest et à mettre ce monsieur à distance mais vous restez méfiante.... et vous avez raison car il dit à une autre collègue qu'il n'a qu'un rêve, vous faire dégager de l'école. Vous ne voulez pas lui faire ce plaisir.

                Imaginez que tout se passe bien en apparence, juste en apparence. il n'y a plus d'insulte mais tout n'est pas réglé pour autant. Vous avez un accident de voiture, mal au genou mais vous ne vous arrêtez pas. Vous demandez d'être dispensé de service d'étude mais non... Alors que plus tard, il remplacera une collègue enceinte, une seule parce que les deux autres non....

                 Imaginez qu'à chaque fois que vous êtes absente, il prend votre classe un petit peu alors qu'il ne le fait pas pour les autres. Vous vous rendrez compte que c'est pour voir le travail que vous faites et fouiller votre classe car on vous reprochera de fermer vos placards à clef.

               Imaginez la réunion de répartition, vous acceptez de prendre un double niveau ce qui d'habitude donne une petite priorité l'année suivante mais là on vous précise bien que vous n'y aurez pas le droit. D'ailleurs il n'y aura plus de règles pour attribuer les classes. Plus d'ancienneté, rien aucune règle..... Il décidera.

                Imaginez donc que vous vous dépêchez de faire vos commandes parce que bon vous aurez un double niveau à préparer. Vous ne trouvez pas comment commander un truc alors vous demandez à la dame de la mairie que vous connaissez depuis des années. Il le saura et vous dira que puisque c'est comme ça, il ne validera pas vos commandes, alors que vous avez aussi demandé pour une collègue et que sa commande est validée. Vous appelerez les syndicats qui vous diront qu'il est en faute. Une collègue fera la médiatrice et vos commandes seront validées en dernier alors que vous étiez dans les premières.  Vous serez également une des seules à qui on demandera de justifier sa commande et de préférence un soir où vous avez rendez-vous 5 minutes après avec votre psy justement. 

               Imaginez qu'il ait une autre tête de turc, qu'il traitera de conne à plussieurs reprises devant des collègues et des élèves médusés. 

                 Imaginez que vous appreniez qu'il ait fait un cadeau de naissance à la personne qu'il remplaçait parce qu'elle était enceinte mais qu'il a oublié que vous vous êtes mariées pendant l'été. D'ailleurs trop tard, il a fait ses listes, il ne veut pas les refaire pour mettre votre nouveau nom. 

               Imaginez que vous ayez un double niveau CE1-CE2 et que les parents de CE2 ne soient pas très contents de cela pour leurs enfants. Imaginez qu'une de ces mères d'élèves deviennent la présidente des parents élus (c'est important car tout d'un coup cette mère qu'il ne supportait pas, il faut l'écouter) et profite d'une réunion pour le conseil d'école pour lui parler de vous. C'est simple, elle est très inquiète, les élèves n'ont fait aucun travail depuis la rentrée. Bon c'est vrai, vous n'avez pas encore donné les cahiers de français à signer mais vous avez dit à la réunion de parents que vous les donneriez régulièrement mais pas toutes les semaines. D'ailleurs c'est la même maman qui l'année dernière, n'a signé le fichier de français que 2 fois sur les 7 fois que vous les avez donné à signer....  Le directeur vous relate donc les propos de la maman, vous ne répondez pas tant c'est absurde. Il vous demandera de lui montrer vos cahiers pour être sûr que vous avez bien travaillé. Vous refusez lui disant qu'il n'est pas votre supérieur. Il vous demande si vous préférez qu'il appelle l'inspectrice...

                 Vous craquez, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase... Vous prenez votre courage à deux mains et allez déposer une main courante, pas une plainte, il serait au courant. Ce serait votre parole contre la sienne et vous ne comptez pas sur vos collègues. La plainte sera classée sans suite et si vous allez voir votre hiérarchie, on vous conseillera de changer d'école. Si vous restez vpous ne pourrez plus vous plaindre de vivre l'enfer.... Vous vous effondrez en sortant du commissariat, au point où le lendemain, vous serez incapable de vous levez... 

              Imaginez...... Moi je n'imagine pas.......... je le vis mais surtout #pasdevague

 

Ps: ne vous inquiètez pas je vais mieux. Et si j'ai laissé des fautes d'orthographe, je m'excuse mais cette note est tellement difficile à écrire que je suis incapable de la relire.

 

                

 

  

 

 

       

Posté par lanabc à 19:35 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

13 octobre 2018

Mes 51 ème états d'esprit

Les états d'esprit sont une idée de Zenopia  et du Postman. Je m'inspire de leur questionnaire mais comme je ne respecte plus les règles depuis un moment, j'enlève les principes et je les fais à ma sauce. Ce qui est en rouge est ce que j'ai écrit la ou les dernières fois pour voir si j'ai avancé ou pas car je suis la reine de la procrastination sur certaines choses...  

J'ai l'impression d'avoir disparu dans une faille spatio-temporelle. Franchement, depuis qu'on est revenu de St Malo, je nai pas vu le temps passé.

Fatigue :  Franchement ça peut aller. La fin de l'école le mercredi y est pour beaucoup je pense.

Humeur :  Bonne

Condition physique : 

Rééquilibrage alimentaire :  Oublié en septembre.... Avec la tonne de boulot que j'ai, j'avais d'autres priorités.

Esprit : Ne réalise pas que les vacances c'est la semaine prochaine. J'ai été bien occupé ça c'est sur mais il y a aussi sans doute le temps... Qui croirait que la Toussaint approche ? Les matins sont certes un peu frais mais globalement on oublie le manteau. Par contre le manque de pluie est inquiétant pour la nature.

Boulot : J'ai décidé de prendre un double niveau CE1/CE2. Mon premier double niveau en 22 ans de carrière. le moins que l'on puissse dire, c'est que c'est sportif et ça demande une forte concentration. Les premières semaines ont été très dures. Pourquoi ai-je fait ce choix ? Premièrement, parce que l'année dernière j'avais une bonne classe attachante que j'avais envie de garder. Ensuite parce que dans l'école, plus personne ne veut des CM et moi je ne veux pas aller en CM, le double niveau est donc l'effort que je fais pour l'équipe. Je ne regrette pas l'expérience, j'ai gardé 16 de mes anciens élèves, les Ce1 sont top. Ce qui a été difficile, ce sont mes CE2 qui ont eu du mal à comprendre les règles du double niveau mais je suis contente d'aller bosser avec des élèves que j'aime beaucoup même si on est d'accord c'est un plus mais je ne suis pas là pour les aimer. C'est la raison pour laquelle j'étais absente de mon blog.

Culture : Côté lecture: Pas lu grand chose ces derniers temps. "Changer l'eau des fleurs" que j'ai beaucoup aimé et deus tome d'Agatha Raisin.  

Côté série : Pas trop eu le temps aussi, quelques épisodes de Cheasapeake Shore, de Suits et la fin de Younger

Penser à :  Finir ce qui normalement est fait à la rentrée avant les vacances. 

Avis perso : C'est quand mêm chouette tout ce soleil. J'engrange avant l'hiver.

Loulous : Mon étudiant est fatigué aussi. Il travaille sérieusement et les vacances vont lui faire du bien.

Chipoune aime beaucoup le CP. Comme elle dit "J'adore le CP, les autres sont obligés de se taire et de rester assis". Le seul petit hic, c'est qu'elle est très/trop perfectioniste et se met une grosse pression alors qu'elle lit déjà tous les sons simples.

Message perso : Ne t'en fais pas avoir 40 ans c'est chouette quand même !

Amitié : Copines reélles :  peu de nouvelles depuis le déménagement. 

 Copines virtuelles : je me fais rare dans les commentaires mais je lis tous les jours. Certains sont comme ma famille.

Love :  Part en séminaire lundi et mardi. Il va goûter les produits de Noël. 

Sortie :  dans mon jardinet, pas plus loin je crois. Je vais préparer les plantes pour l'automne, tailler ce qui doit l'être, aérer la terre.

Divers :  Il y a des travaus pour rénover le gymnase qui est juste à côté de notre immeuble depuis la mi-juin. Nous avons subit le marteau piqueur tous les jours de cet été à partir de 8 h 30 le matin. Maintenat, ils doivent reconstruire c'est donc perceuse à gogo mais aussi des ouvriers qui prennet la cour pour un parking dès 6 h30 !!! Juste envie de leur dire de décharger d'un coup d'un seul parce que le claquage de porte en continue c'est insupportable. Quand à leur café, ils peuvenet aller le boire à l'intérieur non ? Moi ça va, ils ne sont pas là le week-end mais pour mon petit mari qui bosse le week-end et qui a ses jours de repos en semaine, c'est l'enfer. Impossible de faire la sieste, de dormir le matin. Bref il est super fatigué. Ca devrait s'arrêter en décembre. Espèrons.

Courses : Frigo rempli mercredi

Envie de : profiter des vacances

Pic :  allez voir mon compte instagram (accès en haut à gauche) 

 

Posté par lanabc à 14:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 août 2018

Le mariage

      La semaine dernière nous nous sommes donc mariés. Tout s'est passé comme nous voulions. Ce n'est pas toujours facile de vouloir un mariage qui n'est pas traditionnel. Hors de question de se prendre la tête un an à l'avance avec la salle, le traiteur, la robe, les invités...

      Le nombre d'invités (seulement 26) c'est bien passé. Je ne vois pas pourquoi inviter tata Simone ou le cousin Bernard vu à peine dix fois dans sa vie et avec qui vous n'avez pas de contact en dehors des événements familiaux.

      Faire faire le buffet par les invités ça a été aussi. J'ai demandé à chacun de faire un plat en guise de cadeau de mariage et nous avons acheté ce qui manquait au buffet. Le menu était multi national est c'était très chouette. Chacun a amené quelque chose, y compris les gâteaux apéritifs pour mon frère qui ne pouvait pas cuisiner. 

       Nous avions commandé un gâteau mais pas de pas une pièce montée avec des petits mariés. En même temps, personne dans nos invités n'aime ça alors que le fraisier que nous avions commandé...

      Nous ne voulions pas nous prendre la tête sur les tenues, le marié était en jean et en tee-shirt blanc, les invités en tenue de plage. Bermuda, tee-shirt ou chemise Hawaïenne et tong pour ces messieurs. robe de plage pour les dames. Moi j'avais trouvé une jolie robe noire sur la Redoute mais devant les réactions de ceux à qui je disais que j'allais me marier en noir parce que c'est ma couleur préférée, j'ai fini par acheter la même robe en corail pour la somme astronomique de 28 €. Et comme je ne l'avais pas payé chère, j'ai décousu les manches et j'ai refait une couture. 

      A la mairie, nous avons distribué des colliers de fleurs pour tout le monde et c'était vraiment rigolo. Par contre, nous avons eu le droit à un mariage express, je ne sais pas si le maire adjoint avait autre chose à faire mais c'est allé hyper vite au point où nous avons été surpris de devoir déjà dire oui. Par contre, nous avons beaucoup rit quand nous avons réalisé que nous nous étions bécotté il y a des années sur la pelouse qui était en face la mairie. Nous n'avions pas percutté jusque là puisque cette mairie a deux entrées. 

 

      Notre garden party a été vraiment très chouette. Certains invités se sont éclaté dans la piscine. Nous avons eu un temps idéal, du soleil mais pas trop chaud. Je n'ai pas pris beaucoup de photos, j'attends que les invités m'en envoient. 

      Notre mariage n'a pas été classique mais il a été à notre image. Et comme dirait mon fils "C'était chouette car on n'avait pas à rester à table et on était que avec des gens qu'on aime". Les autres invités ont beaucoup aimé et avec ma soeur, on se dit qu'on ne devrait pas attendre le prochain mariage pour remettre ça.

Cliquez sur le bouton instagram (en haut à gauche) pour voir les photos... En plus, c'est ma 1 000 ème publication.  

 

Posté par lanabc à 22:58 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

20 août 2018

Voir la mer...

     Le mariage s'est bien passé. Je vous raconte bientôt...

     Hier, nous avons pris la route pour St Malo, notre "lune de miel" mais avec les enfants. Pourquoi ? Parce que depuis mon divorce il y a 16 ans, je n'ai jamais pris de location de vacances. Au début, parce que je n'avais pas envie d'en prendre une seule avec mon fils et que je préférais aller passer du temps chez mes parents. Ensuite, parce que je ou nous n'avions pas vraiment les moyens. Nous ne sommes pas à plaindre mais une location l'été à la mer c'est très très cher. Chéri a maintenant un CE et c'est plus abordable on va dire...

      D'ailleurs, ça se voit que nous ne l'avons pas fait depuis longtemps car nous sommes partis les "mains dans les poches" et nous avons oublié plein de choses, enfin oublié n'est pas le mot, nous n'y avons tout simplement pas pensé. Heureusement, que dans une illumination subite j'ai pensé au linge de toilette. Bref, ce n'est pas grave, nous sommes allés faire des courses ce matin mais j'avoue qu'acheter des torchons, m'a un peu embêté.

     Bref, ce n'est pas le sujet, il s'avère que Chipoune n'était jamais allé à la plage et n'avait jamais vu la mer. Au mariage, un ami s'en étonnait mais moi je suis sûre qu'il y a pleins d'enfants qui n'ont jamais vu la mer. Ses filles ont la chance de voyager mais c'est loin d'être le cas de tous les enfants. D'ailleurs, je ne crois pas que les filles de ma cousine aient déjà vu la mer puisque ma cousine a une maison secondaire en Auvergne. 

       Hier soir donc, nous sommes allés manger une galette dans St Malo Intra Muros. Avant, j'ai emmené Chipoune sur la plage du Sillon. Son bonheur faisait plaisir à voir. J'ai beaucoup rit quand je lui ai demandé si elle sentait l'odeur de la mer et qu'elle m'a répondu "Ca ne sent pas bon !". Nous avons été mettre les pieds dans l'eau et elle a beaucoup aimé les vagues. Nous sommes retournés à la plage cet après-midi, à ma demande. 14 ans que je n'étais pas revenue dans cette ville, j'ai habité juste à côté. Et comme dirait Chipoune qui s'est beaucoup amusé "J'ai adoré le trempe-pied !!!". Son bonheur fait plaisir à voir.

plage

 

(photo prise hier soir)

Posté par lanabc à 21:37 - - Commentaires [12] - Permalien [#]