Je suis vraiment dans une période d'introspection... C'est une phase, c'est comme ça et je prend le vent comme il vient. J'ai décidé de me laisser porter par la vague qui me pousse à regarder en arrière pour sans doute mieux aller de l'avant. C'est le rythme de la vie, je crois. J'ai besoin de raconter mon passé pour m'en détacher et en même temps, j'ai besoin de laisser une trace à mes enfants. J'aurais pu écrire un texte privé mais ici c'est mon espace, et quelque part, j'ai aussi un besoin de rendre les "choses" publiques pour me libérer de ce que je tais depuis des années. 

 

      Le début de mon histoire, c'est MAMAN. Je ne dirai jamais ma mère, toujours maman tant elle est importante. Maman est née au début des années 50 à Paris. Je connais pas la personne qui l'a mise au monde parce qu'elle a été élevée par sa tante. Celle que j'appelais "Mémé" et en réalité ma grande tante. Son géniteur personne ne sait qui c'est. L'histoire est compliquée dès le départ. "Mémé"  a élevé ses quatre enfants et ma mère toute seule. Pendant la guerre son mari était en Allemagne, au STO ? Prisonnier ? Je ne sais pas. Il est décédé au début des années 50, d'une pneumonie il me semble. Maintenant que j'écris ces lignes, je me demande si j'ai déjà vu une photo de mon "grand père", je ne suis même pas capable de dire comment il s'appelait. Mémé ne voulait jamais parler de cette époque et on le respectait. Quelque fois, j'aimerais qu'elle ai raconté son histoire comme Emilia. En plus, j'écoute les gens mais je pose rarement de question, j'estime que c'est à chacun de savoir ce qu'il est prêt à dire. J'aurais bien aimé connaître l'histoire de Mémé. Les géniteurs de ma mère ne m'intéressent pas. Ils ne sont qu'une idée fugace quand je dois parler de mes antécédents médicaux que je ne connais pas. 

      Par contre, Mémé, c'est ma grand-mère. Je porte son prénom, ce qui est un héritage. Mémé, c'est aussi d'énormes souvenirs gustatifs. Elle nous faisait un gâteau chaque week-end. Je pense souvent à elle avec tendresse, ce n'est jamais triste. 

      Maman a donc grandi dans une famille pleine d'amour mais sans argent. Son enfance n'a pas été facile puisque les autres connaissaient sa situation. Encore aujourd'hui, elle ne se plaint jamais. Elle a une immense force de caractère que j'admire. D'après ce qu'elle raconte, c'était une petite fille assez "garçon manqué". 

      A 16 ans, elle a rencontré quelqu'un. C'était sa première fois, elle est tombée enceinte. C'était avant la pilule, avant l'IVG. Elle est devenue fille-mère, un vilain mot à l'époque... Toute seule pour élever son petit garçon.

 

A suivre....