Je viens de terminer "la magie du rangement". Certes deux ans après tout le monde... J'avais déjà des idées du sujet et j'appliquais déjà certains principes comme le rangement vertical des tee-shirt de Chipoune ou d'avoir rangé dans ma cuisine ce dont on se sert le plus entre la hauteur de nos hanches et celles de nos épaules. 

     Je suis la fille qui 5 ans et demi après son dernier déménagement a encore 3/4 cartons à vider (je sais ce qu'il y a dedans). En matière de rangement, je ne peux compter que sur moi-même... Chéri a des qualités mais en la matière il est pire que moi. Sa méthode de rangement... tout fourrer n'importe comment dans les placards ou pire au-dessus des placards.

     Depuis mon dernier déménagement et le fait que je n'ai pas pu faire mes cartons, je suis dans une démarche de "faire du ménage par le vide" et j'en ai pas mal fait mais pas assez. 

     En parallèle, je voulais m'alléger de kilos en trop et je n'y arrive pas non plus. Pour ça j'ai consulté une psy, et c'est très intéressant. Depuis deux ans, je crois qu'un profond changement s'opère en moi et que c'est une des raisons qui fait que je ne bloguais plus beaucoup ou alors pas sur des sujets persos.

     Quoiqu'il en soit, c'est elle qui m'a fait prendre conscience que j'avais besoin de rangement dans mon esprit mais aussi dans ma maison.  

     Le rangement, je l'ai d'abord fait dans ma classe. Depuis 7 ans, que je suis dans cette salle, je jette, je jette. Il faut dire que l'ancien locataire des lieux a laissé un sacré bordel (pas joli comme mot mais dans ce cas c'est bien un bordel). Bref cette année, j'en ai ressenti les bénéfices des toutes ces semaines de rangement car le bazar n'est pas revenu envahir ma classe. 

     Reste mon appart où je suis celle qui a certes le plus d'objets (mon travail prend de la place) mais aussi la seule qui range. 

     J'ai essayé plusieurs choses, attendre d'être en vacances pour faire un gros rangement. Là, j'ai vite appris que pour ranger pendant les vacances, il faut d'abord être là. C'est idiot mais vrai dans mon cas. Avoir plusieurs jours d'affilés et ne pas être trop fatiguée... Bilan mitigé, il y a du progrès mais ça ne suffit pas.

       J'ai essayé petit à petit, mais là encore ça ne fonctionne pas parce que je suis vite découragée. 

 

       Et puis, j'ai lu ce livre. J'étais sceptique mais il faut reconnaître que ça se lit plutôt bien. Cette dame, c'est une obsédée du rangement et ce ne sera jamais mon cas. On ressent aussi que c'est une japonaise imprégnée de sa culture. Par exemple, elle ne garde aucun papier, même pas ses fiches de paie. Chose que je ne conseille pas en France. Il y a d'ailleurs une petite note à ce sujet dans le livre. Je ne me vois pa non plus, saluer ma maison à chaque fois que je rentre ou remercier mon sac à main ou mon manteau.

        Je n'ai aucune envie d'avoir une maison comme on peut les voir sur les réseaux sociaux, dans un style très épuré. Cependant, son livre m'a beaucoup fait réfléchir.

        A un moment de ma vie, je pense que je cumulais les objets, les fringues etc... pour soigner une blessure. Celle d'avoir perdu beaucoup de mes affaires personnelles non pas une mais deux fois. La première à 13 ans dans le divorce de mes parents et à 30 dans mon propre divorce. La stabilité de ma nouvelle vie de ma famille m'a amené à faire du vide. Et en ça, je n'ai pas attendu de lire ce livre pour commencer mais je sais aussi que je n'aurais pas de soucis à continuer et à aller plus loin. 

        Elle conseille aussi un ordre précis pour faire du vide. Une partie du travail est faite parce que ma salle de bain a été vidée et rangée. Mon armoire et tous les placards à vêtements ont été fait pendant les jours feriés de mai. Sans avoir lu son livre, c'est ce que j'ai fait, je me suis attaquée à une catégorie d'objet à la fois, les fringues dans ce cas. Reste mon salon... 

       Elle explique aussi que quand on a juste le nombre d'objets nécessaires, le rangement se fait très vite et naturellement. D'autant plus, que chaque objet a trouvé sa place. Ca m'a fait réfléchir et surtout comprendre que c'est ce que j'avais fait intuitivement. Au lieu de me désespérer sur ce qui me reste à faire, j'ai compté ce que j'avais déjà fait et mine de rien, il ne reste plus que le salon...

       Elle explique aussi qu'il faut ranger d'un coup et ça je pense que c'est la bonne voie pour moi. A chaque fois que j'ai réussi une mission rangement, c'est quand j'étais en forme et que j'avais plusieurs jours devant moi. A chaque fois, je suis allée jusqu'au bout et j'ai réussi à ce que ça reste ranger.

       J'ai donc décidé de prendre plusieurs jours en juillet pour ranger ce fichu salon.... Je n'en peux plus. Je vais choisir un moment où je serai suffisament reposée pour m'y attaquer et un moment où je vais pouvoir expédier Chipoune et Chéri chez Belle-maman. Affaire à suivre en juillet donc... Me reste plus qu'à faire un grand vide et à trouver une place pour chaque chose.

 

       Un autre bémol de ce livre, est qu'elle parle de mettre à la poubelle mais jamais de recyclage et à chaque fois mon côté écolo avait beaucoup de mal avec ça. Pour ma part, nous avons choisi de porter les choses dont on ne voulait plus à la recyclerie. Ce qui permet la revente mais aussi de participer au financement d'un projet de réinsertion de cas sociaux dans le monde du travail. Et je préfère largement ça à la poubelle.