Je sais que je devais faire des notes plus régulières et que je ne l'ai pas fait... Je sais qu'aujourd'hui, je devrais présenter une photo pour le défi de Ma' mais je ne peux pas... Depuis, fin août, j'ai beaucoup travaillé mais vraiment beaucoup, le temps que j'avais, je l'ai dédié à ma famille mais aussi à réfléchir. Depuis, un an/un an et demi, période où j'ai voulu perdre du poids, je vis une sorte de bouleversement. 

       Au début, ça a bien fonctionné et puis je n'ai pas tenu sur la durée. La nutritioniste m'a conseillé comme je l'ai déjà dit, une psy en comportement alimentaire. Le travail que je fais avec elle est surprenant, déstabilisant. Ma grande question est pourquoi je n'arrive pas à changer de comportement alimentaire, pourquoi cette addiction au sucre ? Je ne manque pourtant pas de volonté mais je me heurte à quelque chose... Un mur que je n'identifie pas, je cherche l'échelle mais je ne la trouve pas. Je suis têtue et tenace, je ne lâcherai pas comme ça mais il me faudra encore du temps.

       A la même période, ayant deux élèves hyper surprenants en classe. deux élèves surdoués, on dit à haut potentiel maintenant, j'ai commencé à faire des dossiers pour les faire sauter une classe. Pour l'un c'était évident et mes collègues étaient d'accord mais pour la seconde, personne n'était d'accord même pas ses parents. J'ai commencé à faire des recherches. Il y a très très peu de chose sur les filles HP (surdouée), il semblerait que les filles arrivent à dissimuler leur potentiel, qu'elle vont jusque faire en sorte de minorer leurs résultats pour entrer dans le moule de la société. N'en reste pas moins que ces filles existent et qu'elles sont comme invisibles. Mon élève a sauté une classe contre l'avis de tous et s'en sort super bien. J'avais raison...

       Pourquoi ai je vu le potentiel de cet élève et pas mes collègues ? Plus j'ai lu de documents, concernant les garçons la plupart du temps, plus je me reconnaissais dans une certaine mesure. Est-ce pour ça que je l'ai vu ? Est-ce parce que je me suis reconnue en elle ? 

        J'ai fait cette recherche aussi parce que je pense que Chipoune est dans ce cas aussi. Pour Chipoune, son père est assez d'accord avec moi mais pour ce qui est de moi, je n'ose rien dire... A personne. Que dire ??? J'ai parlé de mes "soupçons" à notre entourage et les gens voient ça comme une vantardise. Visiblement, je peux dire que mon fils est dysorthographique, tout le monde l'accepte mais je ne peux pas dire que ma fille est surdouée. Et encore moins que je le suis. 

     Quel est le rapport avec un régime me direz-vous ? Eh bien il semble que 25 % des personnes HP et plus particulièrement les filles aient des troubles alimentaires. Pourquoi ? Tout d'abord parce que bien souvent les HP sont hyper émotifs et que la nourriture "aide" à gérer les émotions (ce qui est mon cas) et que c'est une manière d'exister. Que les filles cherchent à tout prix à se mettre dans le moule, là où c'est impossible. On ne peut pas contrôler son cerveau mais on peut agir sur son corps.

         Je ne suis qu'au début de mon chemin, je ne ferai sans doute jamais le test pour être reconnue parce que j'aurai peur des récations des autres et que j'ai assez souffert de ça. Je connais mon Qi et c'est suffisant. J'ai passé ma vie à me sentir décalée avec les autres, mes camarades de classe, les autres adultes. Je ne me suis jamais sentie intégrée, je ne comprends pas toujours les réactions des autres et surtout la plupart du temps, je réfléchis bien plus vite. Je me suis toujours sentie pas assez bien pour les autres, je n'ai pas confiance en moi...  J'ai souvent eu des problèmes relationnels avec les autres alors qu'en même temps, je devine bien les choses, je perçois assez vite ce qui ne va pas ou ce qu'on veut me cacher.

        Manger du sucre est finalment si rassurant... Avoir des kilos en trop est une manière de se cacher, comme ça on ne me remarque plus et je me fonds dans le décor même si au fond de moi j'hurle, j'étouffe. Je voudrais tellement pouvoir être ce que je suis sans les incompréhensions qui vont avec. Je voudrais tellement être dans les normes, dans le moule, dans ce que la société attend de moi mais je ne peux pas, ça m'étouffe. Je dois sans arrêt m'adapter aux autres mais jamais personne ne s'adapte à moi et finalement c'est épuisant. J'ai essayé d'avoir ce poids idéal pour ça mais par deux fois on m'a rejetté méchament en me disant que j'étais trop grosse. Je suis profondément marquée par cela.

       Chéri m'accepte telle que je suis et c'est déjà bien mais il faut que j'aprenne à m'accepter moi même. Oui je réfléchis différement, oui je n'aurais jamais le corps idéal et ce n'est pas pour ça que je ne suis pas heureuse mais ce n'est pas si facile que ça et il me faut encore travailler.

 

PS : ce n'est pas une note facile à écrire car c'est une sorte de mise à nue et que je ne sais pas du tout comment elle sera perçue